Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 7

être pendus.

Si par la liberté de la presse nous entendons simplement la liberté de
discuter l'utilité des mesures du gouvernement et des opinions
politiques, jouissons de cette liberté de la manière la plus étendue:
mais si c'est au contraire, la liberté d'insulter, de calomnier, de
diffamer, je déclare que dès que nos législateurs le jugeront à propos,
je renoncerai volontiers à la part qui m'en revient; et que je
consentirai de bon coeur à changer la liberté d'outrager les autres,
pour le privilége de n'être point outragé moi-même.


QUELLES PERSONNES ONT INSTITUÉ CE TRIBUNAL, ET EN NOMMENT LES OFFICIERS.

Il n'est point institué par un acte du conseil suprême de l'état. Il n'y
a point de commission établie par lui, pour examiner préalablement les
talens, l'intégrité, les connoissances des personnes à qui est confié le
soin important de décider du mérite et de la réputation des citoyens;
car le tribunal est au-dessus de ce conseil, et peut accuser, juger et
condamner à son gré. Il n'est point héréditaire, comme la cour des pairs
en Angleterre. Mais tout homme, qui peut se procurer une plume, de
l'encre et du papier, avec quelques caractères, une presse et une paire
de grosses balles, peut se nommer lui-même chef du tribunal, et il a
aussitôt la pleine possession et l'exercice de tous ses droits. Si vous
osez alors vous plaindre, en aucune manière, de la conduite du juge, il
vous barbouille le visage avec ses balles partout où il peut vous
rencontrer; et en outre, mettant en lambeaux votre réputation, il vous
signale comme l'horreur du public, c'est-à-dire, comme l'ennemi de la
liberté de la presse.


DE CE QUI SOUTIENT NATURELLEMENT CE TRIBUNAL.

Il est soutenu par la dépravation de ces ames, à qui la religion
n'impose aucun frein, et que l'éducation n'a point perfectionnées.

De son voisin, publier les sottises,
Est un plaisir à nul autre pareil[8].

Aussi,

À l'immortalité la médisance vole.
Mais la triste vertu ne naît que pour mourir[9].

Quiconque éprouve quelque peine à entendre bien parler des autres, doit
sentir du plaisir lorsqu'on en dit du mal. Ceux qui, en désespérant de
pouvoir se distinguer par leurs vertus, trouvent de la consolation à
voir les autres ravalés à côté d'eux, sont assez nombreux dans toutes
les grandes villes, pour fournir aux frais nécessaires d'un des
tribunaux de la liberté de la presse.

Un observateur assez ingénieux disoit une fois, qu'en se promenant le
matin dans les rues, lorsque le pavé étoit glissant, il distinguoit
aisément où demeuroient les bonnes gens, parce qu'ils avoient

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 12
On fit les recherches sur les auteurs de ce méfait.
Page 18
Quand mon frère et ses ouvriers quittoient l'imprimerie pour aller dîner, j'y demeurois; et après avoir fait mon frugal repas, qui n'étoit souvent composé que d'un biscuit, ou d'un morceau de pain, avec une grappe de raisin, ou, enfin, d'un gâteau pris chez le pâtissier et d'un verre d'eau, j'employois à étudier le temps qui me restoit jusqu'à leur retour.
Page 21
Quelques-uns proposèrent d'éluder l'ordre, en changeant le titre de la gazette.
Page 22
Mais comme mon père étoit alors d'accord avec mon frère, je pensai que si j'essayois de m'en aller ouvertement, on prendroit des mesures pour m'arrêter.
Page 27
Je fus surpris d'en avoir tant.
Page 37
--Il observoit aussi le jour du sabbat; et ces deux points lui paroissoient très-essentiels.
Page 38
Les autres étoient plus libres dans leurs principes religieux, sur-tout Ralph, dont j'avois moi-même contribué à ébranler la foi, ainsi que celle de Collins.
Page 57
Nul d'entr'eux n'a cessé d'avoir de l'estime pour moi.
Page 70
Les conditions furent rédigées suivant les formes d'usage, par le procureur Brockden; et mon projet réussit, comme on le verra par la suite.
Page 72
Le peu qu'il en coûtoit pour devenir membre de la société, la rendit aisément accessible.
Page 79
Il étoit des hommes qui regardoient comme trop humiliant pour eux, qu'un Américain, un habitant d'une ville encore peu célèbre, un homme dont le nom étoit à peine connu, fût en état de faire des découvertes, et de présenter des théories qui avoient échappé aux recherches des philosophes les plus éclairés de l'Europe.
Page 91
En homme intelligent et sage, il avoit exactement ménagé leurs intérêts divers.
Page 96
On traça aussitôt le plan d'une expédition, à la tête de laquelle fut mis le général Wolfe.
Page 97
Franklin reçut les remerciemens de l'assemblée de Pensylvanie, et pour la fidélité avec laquelle il avoit rempli son devoir envers cette province, et pour les nombreux et importans services qu'il avoit rendus pendant son séjour à Londres, à toutes les colonies de l'Amérique septentrionale.
Page 100
Cette lettre se trouve dans le volume de ses oeuvres philosophiques.
Page 102
Ils persistèrent à les suivre avec une opiniâtreté dont l'histoire fournit peu d'exemples[54].
Page 112
Le montant de tous les billets sera payable en piastres espagnoles cordonnées, ou en monnoie d'or courante; et les administrateurs tiendront un livre, ou des livres, où seront inscrits les noms de ceux qui profiteront de l'avantage de cette institution, ainsi que les noms de ceux qui leur serviront.
Page 124
S'ils ne changent donc point d'habitude, et s'ils ne daignent pas trouver agréable ce qui l'est, sans se chagriner eux-mêmes pour chagriner les autres, tout le monde doit les éviter; car il est toujours fâcheux d'avoir des rapports avec de pareilles gens, sur-tout lorsqu'on a le malheur de se trouver mêlé dans leurs querelles.
Page 129
On ne peut plus avoir aucun plaisir à jouer avec quelqu'un qu'on a vu avoir recours à ces ressources déloyales.
Page 142
1º.