Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 70

qu'il se durcisse dans cet état, il
devient un aimant perpétuel; parce que le fluide magnétique ne reprend
pas aisément son équilibre. Peut-être est-ce parce que le globe a acquis
un magnétisme permanent, qu'il n'avoit point d'abord, que son axe est à
présent retenu dans une ligne parallèle avec lui, et qu'il n'est plus
sujet aux changemens qu'il a jadis éprouvés, et qui, en brisant sa
coquille, ont occasionné la submersion de quelques terres,
l'exhaussement de quelques autres, et le désordre des saisons. À présent
que le diamètre de la terre à l'équateur, diffère de près de dix lieues
de celui des pôles, il est aisé de concevoir, qu'en cas que quelque
pouvoir changeât graduellement l'axe et parvînt à le placer où se trouve
actuellement l'équateur, tandis que l'équateur passeroit où sont les
pôles, il est aisé de concevoir, dis-je, quel écoulement d'eau auroit
lieu dans les régions qui sont sous la ligne, et quel exhaussement de
terres s'opéreroit dans celles qui sont sous les pôles. Beaucoup de
terres, qui sont à présent sous les eaux, resteroient à découvert, et
d'autres seroient submergées, puisque l'eau s'élèveroit ou s'enfonceroit
de près de cinq lieues dans les extrémités opposées. Une telle opération
est peut-être cause qu'une grande partie de l'Europe, et, entr'autres
endroits, la montagne de Passy, où je demeure, et qui est composée de
pierre à chaux, de roc et de coquilles de mer, a été abandonnée par cet
élément, et que son climat est devenu tempéré, de chaud qu'il semble
avoir été.

Le globe étant maintenant un aimant parfait, nous sommes peut-être à
l'abri de voir désormais changer son axe, mais nous sommes encore
exposés à voir arriver, à sa surface, des accidens occasionnés par le
mouvement du fluide intérieur; et ce mouvement est lui-même l'effet de
l'explosion violente et soudaine que produit sous la terre la rencontre
de l'eau et du feu. Alors, non-seulement la terre qui se trouve
au-dessus, est enlevée, mais le fluide, qui est au-dessous, est pressé
avec la même force, et éprouve une ondulation qui peut se faire sentir à
mille lieues de distance, soulevant ou ébranlant successivement toutes
les contrées au-dessous desquelles elle a lieu.

Je ne sais pas si je me suis expliqué assez clairement, pour que vous
puissiez comprendre mes rêveries. Si elles occasionnent quelques
nouvelles recherches, et produisent une meilleure hypothèse, elles ne
seront pas tout-à-fait inutiles. Vous voyez que je me suis laissé
emporter par mes idées. Cependant j'approuve beaucoup plus votre façon
de philosopher, procédant d'après des observations, rassemblant des
faits, et ne concluant que d'après ces faits. Mais dans les
circonstances où je me trouve actuellement, cette manière

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 27
_Page 159.
Page 31
L'auteur du pamphlet anglais auroit lui-même de la peine à approuver la conduite de ce turc dans un gouvernement d'esclaves; et cependant il paroît recommander quelque chose de semblable pour le gouvernement des Anglais, quand il applaudit le discours du juge Burnet à un voleur de chevaux.
Page 33
L'un des prisonniers se plaignoit que pendant son sommeil, on lui avoit ôté les boucles de ses souliers.
Page 36
Tous les vaisseaux marchands, employés à l'échange des productions des différens pays, et à rendre les objets de première nécessité et les commodités de la vie plus faciles à obtenir et plus communs, pourront passer librement et sans molestation; et ni l'une ni l'autre des puissances contractantes, ne délivrera des lettres de marque à aucun particulier, pour lui donner le pouvoir de prendre ou de détruire les vaisseaux marchands, ou interrompre leur commerce».
Page 39
La jeune femme trouva ce mets de son goût, et leur dit: Votre honêteté sera récompensée.
Page 41
--Je m'adressai alors à divers autres marchands: mais c'étoit par-tout la même chanson; trois schellings six sous, trois schellings six sous.
Page 56
Les gens qui, ayant une médiocre fortune, et une nombreuse famille, désirent d'élever leurs enfans au travail, et de leur assurer une propriété, peuvent aussi passer en Amérique.
Page 64
Il est impossible qu'un lecteur donne à sa voix le ton convenable, et prononce avec justesse, à moins que son esprit ne précède sa voix, et ne sente bien ce qu'il dit.
Page 65
Il faut que le maître à écrire prenne soin que les enfans aient un beau caractère d'écriture et forment leurs lignes bien droites et bien égales.
Page 69
Je me suis imaginé, depuis très-long-temps, que le fer contenu dans la substance du globe, l'a rendu propre à être, comme il est en effet, un grand aimant; que le fluide du magnétisme existe, peut-être, dans tout l'espace; de sorte que l'Univers a, ainsi que notre globe, un nord et un sud magnétique; et si un homme avoit la faculté de voler d'une étoile à l'autre, il pourroit diriger sa route par le moyen de la boussole.
Page 73
Le premier paragraphe du rapport semble établir deux propositions comme faits; savoir: La première, c'est que l'espace de terre, spécifié avec les commissaires de la trésorerie, contient une partie de la province de Virginie.
Page 91
La sagesse, la politique de la nation européenne, qui entend le mieux le commerce et la navigation, lui permettent-elles d'avoir sans cesse besoin des étrangers pour se procurer une marchandise dont dépend l'existence de sa navigation et de son commerce? Non, assurément; et sur-tout quand Dieu nous a accordé la propriété d'un pays produisant naturellement cette même marchandise qui nous fait débourser notre argent, en nous mettant à la merci de la Russie.
Page 95
En 1770, le comte d'Hillsborough[61], recommanda l'acquisition d'un territoire sur les montagnes, suffisant pour établir une nouvelle colonie, et il.
Page 96
Cela ne les empêcheroit-il pas de se livrer à l'inclination naturelle, qui les porte à cultiver la terre? Ne seroient-ils pas en même-temps forcés d'établir des manufactures qui rivaliseroient celle de la mère-patrie?--Les lords commissaires ont d'avance répondu, avec beaucoup de candeur à ces questions, dans le rapport fait en 1768.
Page 97
prévenir l'établissement des manufactures dans les colonies, il est nécessaire d'ouvrir aux établissemens un territoire étendu et proportionné à l'accroissement de la population; parce que lorsque beaucoup d'habitans sont renfermés dans d'étroites limites, et n'ont pas assez de terre à cultiver, ils sont forcés de porter leurs vues et leur industrie vers les manufactures».
Page 99
Quant à la première, nous espérons prouver d'une manière satisfaisante, que les colonies du centre, telles que le New-Jersey, la Pensylvanie, le Maryland et la Virginie, n'ont presque d'autre terrain vacant, que celui qu'ont acquis de grands propriétaires pour le revendre à haut prix.
Page 110
11º.
Page 127
Vous devez vous promener à pied ou à cheval; ou si le temps vous en empêche, jouer au billard.
Page 146
Je résolus d'entreprendre de me guérir, s'il étoit possible, de ce vice ou de cette folie, en même temps que des autres, et j'ajoutai sur ma liste l'humilité.
Page 148
Cependant, si nous voulons suivre un bon conseil, il y a encore quelqu'espoir pour nous.