Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 73

une communication continuelle de ce
fluide avec la terre, n'est-ce pas par le mouvement qu'il reçoit du
soleil, que nous sommes éclairés? Ne se peut-il pas que chacune de ses
infiniment petites vibrations, frappant la matière commune avec une
certaine force, il en pénètre la substance, y est retenu par
l'attraction, et augmenté par des vibrations nouvelles, jusqu'à ce que
la matière en ait reçu toute la quantité qu'elle est susceptible de
contenir?

N'est-ce pas ainsi que la surface de ce globe est continuellement
échauffée par les vibrations qui se répètent pendant le jour; et
rafraîchie quand la nuit les fait cesser, ou que des nuages les
interrompent?

N'est-ce pas ainsi que le feu est amassé, et compose la plus grande
partie de la substance des corps combustibles?

Peut-être que quand notre globe fut créé, et que ses parties
constitutives prirent leur place à différens degrés de distance du
centre, et proportionnément à leur plus ou moins de gravité, le fluide
du feu attiré vers ce centre, pouvoit, comme très-léger, être en grande
partie forcé de prendre place au-dessus du reste, et former ainsi
l'enveloppe sphérique, dont nous avons parlé plus haut. Elle doit,
ensuite, avoir été continuellement diminuée par la substance qu'elle a
fournie aux corps organisés; mais en même-temps ses pertes se sont
réparées, lorsque ces corps ont été brûlés ou détruits.

La chaleur naturelle des animaux n'est-elle pas produite, parce que la
digestion sépare les parties des alimens et met leur feu en liberté?

N'est-ce pas la sphère du feu qui allume les globes errans qu'elle
rencontre, lorsque la terre fait sa révolution autour du soleil, et qui
après avoir enflammé leur surface, les fait crever aussitôt que l'air
qu'ils contiennent est très-raréfié par la chaleur?




OBSERVATIONS SUR LE RAPPORT FAIT PAR LE BUREAU DU COMMERCE ET DES
COLONIES, POUR EMPÊCHER L'ÉTABLISSEMENT DE LA PROVINCE DE L'OHIO[43].


Le premier paragraphe du rapport semble établir deux propositions comme
faits; savoir:

La première, c'est que l'espace de terre, spécifié avec les commissaires
de la trésorerie, contient une partie de la province de Virginie.

La seconde, c'est qu'il s'étend à plusieurs milles à l'ouest de la
chaîne des montagnes d'Allegany.

À l'égard de la première proposition, nous remarquerons seulement
qu'aucune partie de cet espace de terre, n'est située à l'orient des
montagnes d'Allegany, et que ces montagnes doivent être considérées
comme les vraies limites occidentales de la Virginie; car le roi n'avoit
aucun droit sur le pays situé à l'ouest de ces montagnes, jusqu'en 1768,
qu'il l'acheta des six Nations; et depuis cette époque, on ne l'a réuni,
ni en totalité, ni en partie, à la province de Virginie.

Quant à la seconde proposition,

Last Page Next Page

Text Comparison with Benjamin Franklin and the First Balloons

Page 0
None of the letters appear in Sparks' edition of Franklin's Works, and while all but one are included in the collections compiled by Bigelow and Smyth, there are numerous inaccuracies, some of which will be specified hereafter.
Page 1
.
Page 2
With great Respect, I am, Sir, Your most obedient and most humble Servant B.
Page 3
A Philosopher here, M.
Page 4
The Duke de Crillon made a feast last week in the Bois de Boulogne, just by my habitation, on occasion of the Birth of two Spanish Princes; after the Fireworks we had a Balloon of about 5 feet Diameter filled with permanent inflammable Air.
Page 5
Enclosed is a Copy of the _Proces verbal_ taken of the Experiment made yesterday in the Garden of the Queen's Palace la Muette where the Dauphin now resides which being near my House I was present.
Page 6
But by means of some Cords that were still attach'd to it, it was soon brought upright again, made to descend, & carried back to its place.
Page 7
But the Expence of this Machine, Filling included, will exceed, it is said, 10,000 Livres.
Page 8
These Machines must always be subject to be driven by the Winds.
Page 9
from whence I could well see it rise, & have an extensive View of the Region of Air thro' which, as the Wind sat, it was likely to pass.
Page 10
Several Bags of Sand were taken on board before the Cord that held it down was cut, and the whole Weight being then too much to be lifted, such a Quantity was discharg'd as to permit its Rising slowly.
Page 11
) Mr.
Page 12
_ au nomme Bertrand.
Page 13
25th" is not in the press-copy, contrary to Smyth's statement, but I have a press-copy of the French _Proces-Verbal_, therein referred to, in Franklin's handwriting with his name and eight others affixed as witnesses.
Page 14
16, "Bart.