Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 86

ordre de
ramener les Anglais qui s'étoient établis à la Crique de la
Pierre-Rouge[55].--Mais les efforts et les menaces de ce détachement
furent vaines, et il retourna au fort sans avoir pu exécuter ses ordres.

Les six Nations se plaignirent alors davantage de ce qu'on s'emparoit de
leurs terres sur les montagnes. Le 7 décembre 1767, le général Gage
écrivit à ce sujet au gouverneur de Pensylvanie, et lui manda:--«Vous
êtes témoin du peu d'attention qu'on a fait aux diverses proclamations
qui ont été publiées; vous savez que le soin qu'on a pris, cet été,
d'envoyer une partie de la garnison du fort Pitt, pour faire abandonner
les établissemens des montagnes, n'a presque servi de rien. Nous
apprenons que les colons sont retournés à la Crique de la Pierre-Rouge
et sur les bords de la rivière de la Fraude[56], en plus grand nombre
qu'auparavant.»

Le 5 janvier 1768, le gouverneur de la Pensylvanie envoya un message à
l'assemblée générale de la province avec la lettre du général Gage.--Le
13 du même mois l'assemblée ayant délibéré sur les plaintes des Indiens,
répondit au gouverneur.--«Pour faire cesser les causes du mécontentement
des Indiens, et établir une paix durable entr'eux et les sujets de sa
majesté, nous pensons qu'il est absolument nécessaire qu'on fixe
promptement les limites, et qu'on les satisfasse pour la partie de leur
territoire, qui se trouvera en-deçà de la ligne de démarcation. Par ce
moyen, ils ne se plaindront plus qu'on envahit leurs propriétés, et les
habitans de nos frontières auront assez de pays pour s'établir et pour
chasser, sans se mêler avec ces peuples.»

Le 19 janvier 1768, M. Galloway, orateur de l'assemblée de Pensylvanie
et le comité de correspondance de cette assemblée, écrivirent à Richard
Jackson et à Benjamin Franklin, agens de Pensylvanie à Londres, pour
leur faire part des querelles des colons avec les Indiens.--«Les
Indiens, disoient-ils, se plaignent vivement du délai qu'on a mis à
établir les limites, et de ce que, quoiqu'ils n'aient encore rien reçu
pour les terres, qu'ils sont convenus de céder à la couronne, les
Anglais y forment chaque jour de nouveaux établissemens.»

Au mois d'avril 1768, l'assemblée de Pensylvanie voyant qu'une guerre
avec les Indiens devenoit presqu'inévitable, parce que ce peuple n'avoit
pas vendu les terres des montagnes où l'on formoit des établissemens; et
croyant en outre qu'on recevroit bientôt des ordres d'Angleterre
relativement aux limites, résolut d'employer la somme de mille livres
sterlings en couvertures, etc. d'en faire présent aux Indiens de l'Ohio,
afin de modérer leur ressentiment jusqu'à ce que la cour prît d'autres
mesures. Le gouverneur de Pensylvanie étant alors informé que George
Croghan devoit bientôt faire un

Last Page Next Page

Text Comparison with Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 2 of 2] With his Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

Page 0
ESSAYS.
Page 1
16 The Waste of Life 22 Self-denial not the Essence of Virtue 25 On the Usefulness of the Mathematics 27 The Art of procuring Pleasant Dreams 31 Advice to a young Tradesman 37 Rules of Health 39 The Ephemera; an Emblem of Human Life.
Page 7
Asaph 162 To Miss Alexander 163 To Benjamin Vaughan 164 To Mrs.
Page 24
' "'There is a deal to do,' said Glaucon, 'if we must take care of all these things.
Page 30
* * * * * ON THE USEFULNESS OF THE MATHEMATICS.
Page 66
Accordingly, he filled those places with such as prostituted their professions to his notions of prerogative.
Page 79
I am, &c.
Page 101
FRANKLIN.
Page 109
It is true that the country, from its rocky surface and unfertile soil, was extremely unfit for the maintenance of those animals.
Page 115
* * * "Yesterday the _Count du Nord_[17] was at the Academy of Sciences, when sundry experiments were exhibited for his entertainment; among them, one by M.
Page 123
"In your last, you also express yourself in vague terms when you desire to be informed whether you may expect '_d'etre recu d'une maniere cenvenable_'[21] in our troops.
Page 127
The very proposing of a correspondence so to be managed, in a manner not necessary where _fair dealing_ is intended, gives just reason to suppose you intend the _contrary_.
Page 144
I do not wish to see a new Barbary rising in America, and our long-extended coast occupied by piratical states.
Page 157
We are, I think, in the right road of improvement, for we are making experiments.
Page 162
One means of becoming content with one's situation is the comparing it with a worse Thus, when I consider how many terrible diseases the human body is liable to, I comfort myself that only three incurable ones have fallen to my share, the gout, the stone, and old age; and that these have not yet deprived me of my natural cheerfulness, my delight in books, and enjoyment of social conversation.
Page 163
We have lost a most dear and valuable relation.
Page 206
I must, however, no longer call it.
Page 209
I find this in Pere Boschovich's account of it, as abridged in the Monthly Review for December, 1750.
Page 211
It is this whirling body of air between _a a a a_ and _b b b b_ that rises spirally; by its force it tears buildings to pieces, twists up great trees by the roots, &c.
Page 237
Whether this difference is of consequence enough to justify a greater expense in deepening canals, is a matter of calculation, which our ingenious engineers in that way will readily determine.