Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 87

traité avec les Indiens, par l'ordre du
général Gage et de sir William Johnson, envoya au fort Pitt, son
secrétaire et une autre personne, en qualité de commissaires de la
province, pour offrir aux Indiens le présent des Pensylvaniens.

Le 2 mai 1768, les députés des six Nations, qui s'étoient rendus au fort
Pitt, tinrent le discours suivant:

FRÈRES,

«C'est avec douleur que nous avons vu nos terres occupées par vous, sans
notre consentement. Il y a long-temps que nous nous plaignons à vous de
cette injustice, qui n'a point encore été redressée. Au contraire, vos
établissemens s'étendent dans notre pays. Quelques-uns se trouvent même
directement dans le chemin de guerre, qui conduit vers le pays de nos
ennemis; et nous en sommes très-mécontens.--Frères, vous avez parmi vous
des loix pour vous gouverner. Vous nous donneriez donc la plus forte
preuve de la sincérité de votre amitié, si vous nous fesiez voir que
vous faites sortir les gens de votre nation de dessus nos terres; car
nous pensons qu'ils auront assez le temps de s'y établir quand vous les
aurez achetées et que le pays vous appartiendra.»

En réponse à ce discours, les commissaires de Pensylvanie informèrent
les six Nations, que le gouverneur de la province avoit fait partir
quatre personnes avec sa proclamation et l'acte de l'assemblée (qui
déclaroit crime de félonie digne de mort sans bénéfice de clergé,
l'occupation des terres des Indiens) pour ordonner à tous les habitans
des montagnes situées dans les limites de la Pensylvanie, d'abandonner
leurs établissemens: mais que cela avoit été inutile.--Ils dirent aussi
que le gouverneur de la Virginie avoit non moins infructueusement fait
une proclamation; et que le général Gage n'avoit pas été plus heureux en
envoyant deux fois des soldats pour forcer les colons à abandonner la
Crique de la Pierre Rouge et les bords du Monongehela.

Aussitôt que M. Jackson et le docteur Franklin eurent reçu les
instructions de l'assemblée générale de Pensylvanie, ils se rendirent
chez le ministre chargé du département de l'Amérique, et lui
représentèrent combien il étoit nécessaire et pressant de faire terminer
l'affaire des limites. En conséquence, le gouvernement donna de nouveaux
ordres à sir William Johnson.

Il est donc certain que la proclamation du mois d'octobre 1763, ne
pouvoit pas, comme l'ont dit les lords commissaires du commerce et des
colonies, signifier que la politique du royaume étoit de ne pas laisser
former des établissemens sur les montagnes d'Allegany, après que le roi
auroit acheté ce territoire, car la véritable raison, qu'on avoit de
l'acheter, étoit d'éviter une rupture avec les Indiens, et de donner
occasion aux sujets du roi de s'y établir légitimement et

Last Page Next Page

Text Comparison with Franklin's Way to Wealth; or, "Poor Richard Improved"

Page 0
Hence it is, that Poor Richard is so often quoted, and that, in the present title, he is said to be improved.
Page 1
coloured 1 6 Portraits of Curious Characters in London, &c.
Page 2
Judge, then, how much I must have been gratified by an incident I am going to relate to you.
Page 3
" Let us then up and be doing, and doing to the purpose: so by diligence shall we do more with less perplexity.
Page 4
" II.
Page 5
" [Illustration: Published by W.
Page 6
Perhaps they have had a small estate left them, which they knew not the getting of; they think "it is day, and will never be night:" that a little to be spent out of so much is not worth minding; but "Always taking out of the meal-tub, and never putting in, soon comes to the bottom," as Poor Richard says; and then, "When the well is dry, they know the worth of water.
Page 7
But poverty often deprives a man of all spirit and virtue.
Page 8
yet you are about to put yourself under that tyranny, when you run in debt for such dress! Your creditor has authority, at his pleasure, to deprive you of your liberty, by confining you in gaol for life, or by selling you for a servant, if you should not be able to pay him.
Page 9
Reader, if thou wilt do the same, thy profit will be as great as mine.