Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 88

paisiblement.

Nous allons examiner dans nos observations sur le cinquième paragraphe
du rapport des lords commissaires du commerce et des colonies, s'ils
sont bien fondés à déclarer que l'établissement des terres dont il est
question, ne peut être nullement avantageux au commerce du
royaume.--«Les diverses propositions d'établir de nouvelles colonies
dans l'intérieur de l'Amérique, disent-ils, ont été, d'après l'extension
des limites, soumises à la considération du gouvernement, sur-tout
lorsqu'il s'est agi de cette partie du pays, où sont situées les terres,
dont on demande la concession; et le danger d'accéder à de pareilles
propositions, a paru si évident, que les tentatives à cet égard ont
toujours été infructueuses.»

Comme nous ignorons quelles étoient les propositions, dont parlent les
lords commissaires, et d'après quel principe les tentatives à cet égard
ont été infructueuses, il nous est impossible de juger si cela peut nous
être appliqué.

Cependant nous savons qu'il y a eu en 1768 une proposition faite au
gouvernement pour l'établissement d'une partie des terres en question.
Cette proposition étoit du docteur Leé, de trente-deux Américains et de
deux habitans de Londres. Ils prièrent le roi de leur accorder, gratis,
deux millions cinq cent mille acres de terre sur les montagnes
d'Allegany, en un ou plusieurs arpentages, entre le vingt-huitième et le
quarante-deuxième degré de latitude, à condition de posséder ces terres
douze ans, sans payer aucun cens, et ces douze ans ne devant commencer à
courir que lorsque les deux millions cinq cent mille acres seroient
arpentés. En outre, les concessionnaires ne devoient être obligés
d'établir sur ces terres que deux mille familles dans l'espace de douze
ans.

Surement les lords commissaires ne prétendent pas que cette proposition
ressemble à la nôtre, et puisse s'appliquer au cas où nous nous
trouvons. Ils ont dû, sur-tout, remarquer que le docteur Lée et ses
associés n'offroient point, comme nous, d'acheter les terres, ou de
payer le cens au roi, sans aucune déduction, ou enfin, de faire tous les
frais nécessaires à l'établissement et à l'entretien du gouvernement
civil du pays concédé.

Le sixième paragraphe des lords commissaires dit:--«Que tous les
argumens contre l'établissement des terres, dans la partie du pays dont
on demande la concession, sont rassemblés avec beaucoup de force et de
précision, dans des représentations faites à sa majesté, par les lords
commissaires du commerce et des colonies, au mois de mars 1768.»

Pour bien faire connoître ce qui donna lieu à ces représentations, nous
observerons que dès le premier octobre 1767, et durant tout le temps que
lord Shelburne[57] fut secrétaire d'état au département de l'Amérique
méridionale, on conçut le projet d'établir aux frais de la couronne,
trois nouveaux gouvernemens dans l'Amérique septentrionale;

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 14
Muschenbroek, & le globe est plus en sureté.
Page 26
Il avoit fait cette démarche avec d'autant moins de scrupule, qu'il appréhendoit que les engagemens de l'auteur dans d'autres affaires plus importantes ne lui laissassent pas le loisir de donner au public ses réflexions, & ses expériences sur l'électricité retouchées avec ce soin & cette précision dont il n'est pas moins jaloux que capable, comme il est facile de s'en convaincre par le traité que nous avons sous les yeux.
Page 37
& qu'il pouvoit communiquer cette vertu aux métaux & à l'eau.
Page 39
_Juillet_ 1747.
Page 46
»Quoi qu'il en soit, je ne trouve pas que le succès de cette expérience prouve beaucoup contre la proposition de Mr.
Page 48
.
Page 52
_ 32.
Page 58
[Note 21: Pour charger commodément une bouteille par le côté, mettez-la sur un verre: établissez une communication du premier conducteur à l'enveloppe métallique de cette bouteille, & une autre de son crochet à la muraille ou au plancher.
Page 60
Si l'une de ces opérations rencontre des obstacles, l'autre ne sauroit avoir son éxécution; mais on ne dit point que le ressort soit chargé d'élasticité, lorsqu'il est bandé, & déchargé, lorsqu'il est débandé; sa quantité d'élasticité est toujours la même.
Page 73
Il y a encore une expérience qui nous a étonnés, & que jusqu'ici on n'a pas expliquée d'une maniere satisfaisante; la voici.
Page 77
.
Page 109
Il s'agissoit de faire dans le tems de l'orage deux observations sur cette verge de fer ainsi disposée; l'une étoit de remarquer à sa pointe une aigrette lumineuse semblable à celle qu'on apperçoit à la pointe d'une aiguille, quand on l'oppose assez près d'un corps actuellement électrisé: l'autre étoit de tirer de la verge de fer des étincelles, comme on en tire du canon de fusil dans les expériences électriques.
Page 120
E.
Page 121
5°.
Page 127
membre de la Société Royale, lû à la même Société le 6.
Page 133
Comme l'éponge dans son état de raréfaction attirera & absorbera naturellement plus d'eau, & que dans son état de condensation elle attirera & absorbera naturellement moins d'eau, nous pouvons appeller la quantité qu'elle absorbe dans l'un ou l'autre de ces états, sa quantité naturelle relativement à cet état.
Page 135
Mais dans cet examen il faut toujours faire attention à une chose, c'est qu'un courant de fluide électrique passant au travers du bois, de la brique, du métal, &c.
Page 142
la recevroit & la rassembleroit assurément; mais ayant tenu les bouteilles dans cette situation pendant un tems considérable, pendant lequel le globe ne cessa de tourner, je ne m'apperçus point que la seconde bouteille fut chargée le moins du monde, car quand je portai le doigt au crochet, comme dans l'expérience de Leyde, je n'éprouvai pas la moindre commotion, & je ne vis pas une étincelle partir du crochet.
Page 157
_Chaîne_ déployée susceptible de plus d'électricité, II.
Page 162
209.