Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 9

de la conduite des diffamateurs, je ne
conseillerai pas d'en venir tout de suite, avec eux, aux moyens que j'ai
proposés, mais de nous contenter modérément de les plonger dans une
barrique de goudron, de les couvrir de plumes, de les mettre dans une
couverte et de les bien berner.

Cependant si l'on croyoit que ma proposition pût troubler le repos
public, je recommanderois humblement à nos législateurs de prendre en
considération la liberté de la presse et la liberté du bâton, et de nous
donner une loi qui marque bien distinctement l'étendue et les limites de
l'une et de l'autre; car il est nécessaire que dans le même temps qu'ils
mettent la personne d'un citoyen en sûreté contre les attaques des
autres, ils s'occupent aussi des moyens d'empêcher qu'on attente à sa
réputation.

[8] There is a lust in man no charm can tame,
Of loudly publishing his neighbour's shame.

[9] On aegle's wings, immortal, scandals fly,
While virtuous actions are but born and die.

DRYDEN.




SUR L'ART DE NAGER[10].


J'avoue que je n'ai pas le temps de faire toutes les recherches et les
expériences qu'exige l'art de nager. C'est pourquoi je me bornerai à
faire un petit nombre de remarques.

La gravité spécifique du corps humain relativement à celle de l'eau, a
été observée par M. Robinson, et on trouve le résultat de ses
expériences dans le volume des _Transactions philosophiques de la
société royale de Londres_[11], pour l'année 1757[12]. Il prétend que
les personnes grasses, qui ont les os menus, flottent très-aisément sur
l'eau.

La cloche plongeante est aussi décrite dans les _Transactions
philosophiques_.

J'avois fait, dans mon enfance, deux palettes ovales, d'environ dix
pouces de long et six pouces de large, avec un trou pour pouvoir passer
le pouce, et les tenir solidement. Elles ressembloient beaucoup aux
palettes des peintres. En nageant, je les poussois horizontalement en
avant, et ensuite j'appuyois fortement leur surface sur l'eau en les
ramenant en arrière. Je me souviens que ces instrumens me fesoient nager
beaucoup plus vîte; mais ils fatiguoient mes poignets.

J'avois aussi attaché sous chacun de mes pieds une espèce de sandale:
mais je n'en étois pas content, parce que j'observai que les pieds des
nageurs repoussoient l'eau plutôt avec le dedans et la cheville du pied
qu'avec la plante du pied.

Nous avons ici pour nager plus commodément, des corsets faits avec une
double toile à voile piquée et garnie en dedans de petits morceaux de
liége.

Je ne connois point le scaphandre de Lachapelle.

Je sais, par expérience, qu'un nageur qui

Last Page Next Page

Text Comparison with The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

Page 18
She suckled all her ten children, and I never heard either her or my father complain of any other disorder than that of which they died: my father at the age of eighty-seven, and my mother at eighty-five.
Page 57
They were not yet arrived in town, and the stay I should make was uncertain; I could not therefore accept his proposal.
Page 73
also paper, parchment, pasteboard, books, &c.
Page 81
Their apparatus was large, and by means of it they were enabled to collect large quantities of the electric fluid, and thus to produce phenomena which had been hitherto unobserved.
Page 82
of the aurora borealis, upon electrical principles.
Page 124
We think that ingenious gentleman was deceived when he imagined (in his _Sequel_) that the electrical fire came down the wire from the cieling to the gun-barrel, thence to the sphere, and so electrised the machine and the man turning the wheel, &c.
Page 128
[Illustration: (of the experiments below) _Plate I.
Page 159
9) big enough to contain a man and an electrical stand.
Page 165
31.
Page 176
being rubbed, discovered signs of having it, by snapping to the finger, attracting, repelling, &c.
Page 182
--Difficulty of ascertaining which is positive and which negative.
Page 202
This experiment may be considered as a kind of ocular demonstration of the truth of Mr.
Page 214
I have read it with much pleasure, and think it one of the best pieces on the subject that I have seen in any language.
Page 215
The spire was split all to pieces by the lightning, and the parts flung in all directions over the square in which the church stood, so that nothing remained above the bell.
Page 216
Though the small wire was itself destroyed, yet it had conducted the lightning with safety to the building.
Page 249
FRANKLIN.
Page 250
The lightning ran down the rod, starting almost all the staples.
Page 254
Expressions like this are common in accounts of the effects of lightning, from which we are apt to understand that the lightning filled the house.
Page 325
_Lighthouse-tragedy_, an early poem of Franklin's, i.
Page 330
_Passages_ to and from America, how to be shortened, ii.