Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 96

demanda aux lords commissaires de la trésorerie, s'ils
étoient dans l'intention de traiter pour cet objet, avec M. Walpole et
ses associés.

En 1772, le même comte d'Hillsborough et les autres lords commissaires
du commerce et des colonies, firent un rapport sur la pétition de M.
Walpole et ses associés, et citèrent à leur appui, celui qu'avoit fait
leur bureau, en 1768, comme contenant tous les argumens à ce sujet,
rassemblés avec beaucoup de force et de précision. Ce rapport de 1768,
annonçoit, ainsi que nous l'avons déjà dit, _que les habitans des
colonies du centre auroient la liberté de s'étendre graduellement dans
l'intérieur du pays_, c'est-à-dire, sur les terres dont nous demandons
la concession. Mais, quoique les lords commissaires se soient autorisés
d'une manière si positive de l'opinion qu'avoient leurs prédécesseurs,
en 1768, ils ont en même-temps fait un rapport absolument contraire à
cette opinion et à l'engagement qui en étoit la suite.

L'on demandera peut-être ce que signifie la phrase du rapport de 1768,
qui dit que les habitans pourront _s'étendre graduellement dans
l'intérieur du pays_?--Nous répondrons qu'elle a été écrite dans
l'intention de combattre l'envie qu'on avoit d'établir trois nouveaux
gouverneurs, et de disperser la population dans des contrées
séparées.--En un mot, nous croyons qu'il est hors de doute, qu'en 1768,
l'opinion _précise_ des lords commissaires étoit que le territoire
compris dans la ligne des limites, pour laquelle on étoit en négociation
et qui ensuite a été tracée, suffisoit alors pour remplir le but qu'on
avoit, d'augmenter la population et la consommation. Ces lords pensoient
que jusqu'à ce que ce territoire fût entièrement peuplé, il n'étoit pas
nécessaire d'établir les trois nouveaux gouvernemens proposés _aux frais
du royaume_, dans des contrées qui sont, comme ils l'observent, séparées
par d'immenses déserts.

Nous ne nous étendrons pas davantage sur le sixième paragraphe du
rapport des lords commissaires du commerce et des colonies. Nous nous
flattons d'avoir démontré que les habitans des provinces du centre de
l'Amérique septentrionale ne peuvent être forcés à échanger le sol et le
climat de ces provinces, ni pour les forêts glacées de la
Nouvelle-Écosse et du Canada, ni pour les déserts brûlans et mal-sains
des deux Florides.

Mais examinons maintenant ce qu'il arriveroit si l'on pouvoit contenir
ces habitans dans un territoire resserré. Cela ne les empêcheroit-il pas
de se livrer à l'inclination naturelle, qui les porte à cultiver la
terre? Ne seroient-ils pas en même-temps forcés d'établir des
manufactures qui rivaliseroient celle de la mère-patrie?--Les lords
commissaires ont d'avance répondu, avec beaucoup de candeur à ces
questions, dans le rapport fait en 1768.--«Nous admettons, disent leur
seigneuries, comme un principe incontestable de la vraie politique, que
pour

Last Page Next Page

Text Comparison with A Book of Gems Choice selections from the writings of Benjamin Franklin

Page 10
it Possible to Arouse the People 138 Jesus Revealed as the Savior 379 Judgment the Ground of Repentance 202 Keep Politics out of the Church 160 Kind of Preachers and Preaching Needed 211 Knowing and not Doing 435 Laying the Corner Stone of a Catholic Cathedral 271 Lifted Above Sects and Parties 69 Light Within 61 Little Matters 53 Lord’s Day Meetings 270 Lotteries 11 Maintain a Pure Faith and Worship 289 Making the Bible Support Human Systems 71 Man’s Accountability .
Page 28
” This is the work of arrangement, ordering, etc.
Page 31
under the eyes of the apostles.
Page 44
The truth must all be believed, the commandments obeyed, and the promises must be hoped for.
Page 59
” George Fox was probably a good man, or a man of good intentions, and, when he talked of the “light within,” and tried to sustain his position by Scripture, he had no idea of the evil that would follow—much less did he design it.
Page 62
It is no system—no doctrine—teaches nothing and defends nothing.
Page 101
Here is the source whence our laboring men have come—our active effective men who are doing, and have always done the work.
Page 118
L.
Page 151
” “With lies you have made the heart of the righteous sad, whom I have not made sad, and strengthened the hands of the wicked, that he should not return from his wicked way, _by promising him life_.
Page 158
We want no milk-and-water men, a little this way and a little that, but men of settled principles, religious convictions and reliable purposes.
Page 195
We belong to no _sect_ or _heresy_, no “denomination,” and recognize none in any sense, only as existing in opposition to the will of God—in a rebellion against the government of God.
Page 204
It is freely and graciously offered to men who believe and obey the gospel.
Page 256
” May we find grace to stand in the evil day, and having done all to stand.
Page 271
We met all this twaddle about a printed hymn-book, a meeting-house, etc.
Page 273
_ The passage evidently has reference to common associating—in visits, ordinary, eating and the like.
Page 276
Why do not modern sceptics put the Scriptures down on the same list with these, give them the go-by, and be at no more trouble about them? Ah, why not? Simply because they can not.
Page 304
There is no escape for one soul, only by fleeing to the Lord, and that can only be done by abandoning all human laws, and adhering to the law of the Lord.
Page 312
making arrangements outside to sustain some good man, such as we have described, to visit those by-ways all through the land, where most numbers may be converted and the work of the Lord greatly extended.
Page 325
The authors are not agreed, but it is a book of investigation and not of controversy.
Page 327
Louis, Mo.