Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 103

la volonté de presque tout le peuple anglais.
(_Note du Traducteur._)

La conservation des colonies de l'Amérique septentrionale étoit si
avantageuse à l'Angleterre, qu'il falloit avoir un entêtement
extravagant pour continuer à employer des moyens propres à donner à
leurs habitans l'idée de se séparer d'elle. Quand nous considérons les
grands progrès qu'on a faits dans la science du gouvernement,
l'extension des principes de liberté parmi les peuples de l'Europe, les
effets qu'ils ont déjà produits en France, ceux qu'ils auront
probablement ailleurs[55], et que nous voyons que tout cela est dû à la
révolution d'Amérique, nous ne pouvons nous empêcher de trouver étrange
que des évènemens, qui peuvent avoir une si grande influence sur le
bonheur du genre-humain, aient été occasionnés par la perversité ou
l'ignorance du cabinet de Londres.

[55] Cette prophétie, faite il y a cinq ans, est en partie accomplie.
(_Note du Traducteur._)

Franklin ne négligea rien pour engager les ministres anglais à prendre
d'autres mesures. Et dans des entretiens particuliers, qu'il eut avec
plusieurs chefs du gouvernement, et dans les lettres qu'il leur écrivit,
il leur démontra combien leur conduite, à l'égard des Américains, étoit
injuste et dangereuse. Il leur déclara que malgré l'attachement des
colons pour la métropole, les mauvais traitemens, qu'on leur fesoit
éprouver, finiroient par les aliéner. On n'écouta point cet avis. Les
ministres suivirent aveuglément leur plan, et mirent les colons dans
l'alternative d'opter entre la soumission absolue ou l'insurrection.

En 1775, Franklin voyant que tous ses efforts, pour rétablir l'harmonie
entre les colonies et la Grande-Bretagne, étoient inutiles, retourna en
Amérique. Il trouva que les hostilités avoient déjà commencé. Le
lendemain de son arrivée, il fut élu, par l'assemblée de Pensylvanie,
membre du congrès des États-Unis. Peu de temps après on le chargea,
ainsi que M. Lynch et M. Harrison, d'aller visiter le camp de Cambridge,
et de se concilier avec le commandant en chef, pour tâcher de persuader
aux troupes, qu'il étoit nécessaire qu'elles renouvelassent leur
enrôlement, dont le terme devoit bientôt expirer; et qu'elles
persévérassent à défendre leur pays.

Vers la fin de la même année, il se rendit en Canada, pour proposer aux
habitans d'embrasser, avec les autres colons, la cause de la liberté.
Mais il ne put les engager à s'opposer aux mesures du gouvernement
britannique. M. le Roy dit, dans une lettre écrite à ce sujet, que le
mauvais succès de la négociation de Franklin fut, en grande partie,
occasionné par la différence des opinions religieuses, et le
ressentiment que conservoient les Canadiens, de ce que leurs voisins
avoient plusieurs fois brûlé leurs églises.

Lorsqu'en 1776, lord Howe[56]

Last Page Next Page

Text Comparison with Experiments and Observations on Electricity Made at Philadelphia in America

Page 1
FROM Mr BENJ.
Page 5
Observe, before the shock, to let some one on the floor touch him to restore the equilibrium in his body; for in taking hold of the bottom of the bottle, he sometimes becomes a little electrised _minus_, which will continue after the shock; as would also any _plus_ Electricity, which he might have given him before the shock.
Page 10
Touch the wire with your finger, and then touch his hand or face; there are sparks every time.
Page 11
There will be the same explosion and shock, if the electrified phial is held in one hand by the hook, and the coating touch'd with the other, as when held by the coating, and touch'd at the hook.
Page 13
9.
Page 15
--Which demonstrated the power to reside in glass as glass, and that the non-electrics in contact served only, like the armature of a loadstone, to unite the force of the several parts, and bring them at once to any point desired: it being a property of a non-electric, that the whole body instantly receives or gives what electrical fire is given to or taken from any one of its parts.
Page 19
--These wheels may be applied, perhaps, to the ringing of chimes, and moving of light-made Orreries.
Page 20
--Gilding on a new book, though at first it conducts the shock extremely well, yet fails after ten or a dozen experiments, though it appears otherwise in all respects the same, which we cannot account for.
Page 21
[6] _SIR_, s.
Page 23
20.
Page 27
_ as so many prominencies and points, draw the electrical fire, and the whole cloud discharges there.
Page 28
Sulphureous and inflammable vapours arising from the earth, are easily kindled by lightning.
Page 29
the melted part would burn the floor it dropp'd on.
Page 31
'Tis supposed they form triangles, whose sides shorten as their number increases; 'till the common matter has drawn in so many, that its whole power of compressing those triangles by attraction, is equal to their whole power of expanding themselves by repulsion; and then will such piece of matter receive no more.
Page 37
We did not think of its being deprived of sight;.
Page 43
But when this is done, there is no more in the glass, nor less than before, just as much having left it on one side as it received on the other.
Page 47
And, 2dly, that the electrical fire freely removes from place to place, in and through the substance of a non-electric, but not so through the substance of glass.
Page 50
For the globe then draws the electrical fire out of the outside surface of the phial, and forces it, through the prime conductor and wire of the phial, into the inside surface.
Page 53
This when brought to the lips gives a shock, if the party be close shaved, and does not breathe.
Page 54
[12] See farther experiments, s 15.