Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 137

que vous pourrez épargner à l'avenir, sans un
grand inconvénient.

Enfin, si vous voulez connoître le chemin de la fortune, sachez qu'il
est tout aussi uni que celui du marché. Pour le suivre, il ne faut que
deux choses, l'assiduité et la sobriété; c'est-à-dire, ne prodiguer
jamais ni le temps, ni l'argent, et faire le meilleur usage de l'un et
de l'autre. Sans assiduité et sans sobriété, on ne fait rien; et avec
elles on fait tout. Celui qui gagne tout ce qu'il peut gagner
honnêtement, et qui épargne ce qu'il gagne, à l'exception des dépenses
nécessaires, doit certainement devenir riche, si toutefois la providence
de cet être qui gouverne le monde, et que nous devons tous prier de
bénir nos entreprises, n'en a pas autrement ordonné.

UN VIEUX ARTISAN.




AVIS
NÉCESSAIRE À CEUX QUI VEULENT
DEVENIR RICHES.

ÉCRIT EN 1736.


L'argent n'a de l'avantage que par l'usage qu'on en fait.

Avec six livres sterlings, vous pouvez, dans un an, faire usage de cent
livres sterlings, pourvu que vous soyez un homme d'une prudence et d'une
honnêteté reconnues.

Celui qui dépense inutilement plus de quatre sous par jour, dépense
inutilement plus de six livres sterlings dans un an; ce qui est
l'intérêt ou le prix de l'usage de cent livres sterlings.

Celui qui chaque jour perd dans l'oisiveté pour quatre sous de son
temps, perd l'avantage de se servir de cent livres sterlings tous les
jours.

Celui qui prodigue sottement pour cinq schellings de son temps, perd
cinq schellings, avec autant d'imprudence que s'il les jetoit dans la
mer.

Celui qui perd cinq schellings, non-seulement perd ces cinq schellings,
mais tout le profit qu'il pourroit en retirer en les fesant travailler;
ce qui, dans l'espace de temps, qui s'écoule entre la jeunesse et l'âge
avancé, doit s'élever à une somme considérable.

De plus: celui qui vend à crédit, met toujours, à l'objet qu'il vend, un
prix équivalent au principal et à

Last Page Next Page

Text Comparison with Benjamin Franklin and the First Balloons

Page 0
Drafts of three of the letters are deposited in the University of Pennsylvania, but the existence of one letter and the whereabouts of another were unknown to the late Mr.
Page 1
A hollow Globe 12 feet Diameter was formed of what is called in England Oiled Silk, here _Taffetas gomme_, the Silk being impregnated with a Solution of Gum elastic in Lintseed Oil, as is said.
Page 2
With great Respect, I am, Sir, Your most obedient and most humble Servant B.
Page 3
A Philosopher here, M.
Page 4
It has been even fancied that in time People will keep such Globes anchored in the Air, to which by Pullies they may draw up Game to be preserved in the Cool & Water to be frozen when Ice is wanted.
Page 5
I send you enclosed the Proposals, which it is said are already subscribed to by a considerable number and likely to be carried into execution.
Page 6
Multitudes in Paris saw the Balloon passing; but did not know there were Men with it, it being then.
Page 7
_Aiant encor dans leur Galerie les deux tiers de leur Approvisionement.
Page 8
I am sorry this Experiment is totally neglected in England where mechanic Genius is so strong.
Page 9
Some Guns were fired to give Notice, that the Departure of the.
Page 10
I write this at 7 in the Evening.
Page 11
S.
Page 12
" in my copy; also a note dated Sept.
Page 13
le Chevalier de Cubiere.
Page 14
There are two occurences of "&c" for "&c.