Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 140

objets de
dépense d'une maison étoient considérablement augmentés.

Je fus extrêmement flatté de voir ce désir général d'économie; car
l'économie me plaît singulièrement.

Je me retirai et me mis au lit à trois ou quatre heures après minuit, la
tête encore remplie du sujet, dont on venoit de s'entretenir. Un bruit
accidentel me réveilla vers les six heures du matin. Je fus surpris de
voir ma chambre très-éclairée. Je crus d'abord qu'on y avoit transporté
un grand nombre de lampes de Quinquet. Mais après m'être frotté les
yeux, je m'apperçus que la lumière venoit à travers les fenêtres. Je me
levai, je regardai dehors pour découvrir quelle pouvoit en être la
cause; et je vis que le soleil s'élevoit précisément au-dessus de
l'horizon, d'où ses rayons pénétroient dans ma chambre, parce que mes
domestiques avoient eu la négligence de ne pas fermer les volets.

Je regardai ma montre, qui va très-bien, et je vis qu'il n'étoit que six
heures. Pensant encore qu'il étoit un peu extraordinaire que le soleil
parût de si bonne heure, je pris mon almanach, où je trouvai que c'étoit
l'heure marquée, ce jour là, pour le lever du soleil. Je tournai
quelques feuillets, et je vis qu'il devoit se lever chaque jour encore
plus matin jusqu'à la fin de juin; et que dans aucun temps de l'année il
ne se levoit pas plus tard que huit heures.

Vos lecteurs qui, comme moi, lisent rarement la partie astronomique de
l'almanach, et n'ont jamais apperçu avant midi, aucun signe du lever du
soleil, seront aussi étonnés que je l'ai été moi-même, quand ils
apprendront qu'il se lève de si bonne heure, et sur-tout quand je les
assurerai qu'il éclaire aussitôt qu'il se lève. J'en suis convaincu,
j'en suis certain. Personne ne peut être plus sûr d'aucun autre fait. Je
l'ai vu de mes propres yeux; et après avoir renouvelé l'observation
trois jours de suite, j'ai chaque fois trouvé précisément le même
résultat.

Cependant il arrive que quand je parle de cette découverte à
quelques-uns de mes amis, je m'apperçois aisément à leur air, que
quoiqu'ils ne me le disent pas expressément, ils ont de la peine à y
ajouter foi. L'un d'entr'eux, qui, certes, est un très-savant physicien,
m'a assuré que je dois sûrement m'être trompé quant à la lumière qui a
pénétré dans ma chambre; parce qu'il est, dit-il, bien connu que comme
il ne pouvoit pas y avoir de lumière dehors à cette heure-là, il ne
pouvoit pas en entrer dans l'appartement; et que puisque mes fenêtres
étoient accidentellement ouvertes, elles devoient, au lieu de laisser
entrer la lumière, faire sortir l'obscurité. Il a employé

Last Page Next Page

Text Comparison with Benjamin Franklin and the First Balloons

Page 0
The recent bi-centenary of Franklin's birth, which coincided with the revival of interest in balloons, makes this a timely topic, especially since Franklin's descriptions of the first balloon ascensions are almost unknown and do not appear among his philosophical papers.
Page 1
[3] [1] The Writings of Benjamin Franklin, collected and edited by Albert Henry Smyth, Volume IX, New York, 1906.
Page 2
It diminished in Apparent Magnitude as it rose, till it enter'd the Clouds, when it seem'd to me scarce bigger than an Orange, and soon after became invisible, the Clouds concealing it.
Page 3
The great one of M.
Page 4
The appearance of the light diminished gradually till it appeared no bigger than one of the Stars, and in about twenty minutes I lost sight of it entirely.
Page 5
Enclosed is a Copy of the _Proces verbal_ taken of the Experiment made yesterday in the Garden of the Queen's Palace la Muette where the Dauphin now resides which being near my House I was present.
Page 6
Probably while they were employed in keeping up the Fire, the Machine might turn, and by that means they were _desorientes_ as the French call it.
Page 7
It was well that in the hurry of so hazardous an Experiment, the Flame did not happen by any accidental Mismanagement to lay hold of this Straw; tho' each had a Bucket of Water by him, by Way of Precaution.
Page 8
Thus the great Bulk of one of these Machines, with the short duration of its Power, & the great Expence of filling the other will prevent the Inventions being of so much Use, as some may expect, till Chemistry can invent a cheaper light Air producible with more Expedition.
Page 9
Some Guns were fired to give Notice, that the Departure of the.
Page 10
I write this at 7 in the Evening.
Page 11
Mr.
Page 12
" Both Bigelow and Smyth give another paragraph in the Postscript, beyond the signature "B.
Page 13
27th instead of 27^th).
Page 14
" "Aiant encor" might be "Ayant encore", as printed in the "Journal des scavans" of January 1784, but was not corrected here; p.