Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 16

genre.

Il y avoit dans la ville un autre grand amateur de livres. C'étoit un
jeune garçon, nommé _Collins_, avec lequel j'étois intimement lié. Nous
disputions souvent ensemble, et nous aimions tellement à argumenter que
rien n'étoit si agréable pour nous qu'une guerre de mots. Ce goût
contentieux est, pour l'observer en passant, très-propre à devenir une
mauvaise habitude, et rend souvent insupportable la société d'un homme,
parce qu'il le porte à contredire à tous propos; et indépendamment du
trouble et de l'aigreur qu'il met dans la conversation, il fait naître
souvent le dédain et même la haine entre des personnes qui auroient
besoin de s'aimer. J'avois pris ce goût, chez mon père, en lisant les
livres de controverse. J'ai depuis remarqué qu'un tel défaut est
rarement le partage des gens sensés, excepté les avocats, les membres
des universités, et les hommes de tout autre état, élevés à Edimbourg.

Un jour, il s'éleva entre Collins et moi une dispute sur l'éducation des
femmes. Il s'agissoit de décider s'il convenoit de les instruire dans
les sciences, et si elles étoient propres à l'étude. Collins soutenoit
la négative, et affirmoit qu'une telle éducation n'étoit pas à leur
portée. Je défendis le contraire, peut-être un peu pour le plaisir de
disputer. Il étoit naturellement plus éloquent que moi. Les paroles
couloient en abondance de ses lèvres. Je me croyois souvent vaincu,
plutôt par sa volubilité que par la force de ses raisons. Nous nous
séparâmes sans nous accorder sur le point en question; et comme nous ne
devions pas nous revoir de quelque temps, j'écrivis mes raisons, je les
mis bien au net, et je les lui envoyai. Il répondit; je répliquai. Trois
ou quatre lettres avoient déjà été écrites de part et d'autre, lorsque
mon père examina par hasard mes papiers, et lut ces lettres. Sans entrer
en discussion sur le fond de la dispute, il en prit occasion de me
parler de ma manière d'écrire. Il observa que bien que je connusse mieux
que mon adversaire l'ortographe et la ponctuation, je lui étois
très-inférieur pour l'élégance des expressions, l'ordre et la clarté; et
il m'en donna plusieurs exemples. Je sentis la justesse de ses
remarques: je devins plus attentif à la pureté du langage; et je résolus
de faire tous mes efforts pour perfectionner mon style.

Sur ces entrefaites, il tomba entre mes mains un volume dépareillé du
_Spectateur_. Je ne connoissois point encore cet ouvrage. J'achetai le
volume et le lus plusieurs fois. J'en fus enchanté; le style m'en parut
excellent, et je désirai de pouvoir l'imiter. Dans ce dessein, j'en
choisis quelques discours, je fis de courts

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 1
BUISSON.
Page 10
Je m'en rappelle les six derniers vers, quoique j'aie oublié l'arrangement des mots des deux premiers, dont le sens est que les censures de l'auteur sont dictées par la bienveillance, et que conséquemment il désire d'être connu.
Page 12
En conséquence, le soir, dès que les ouvriers furent retirés, je rassemblai un certain nombre d'enfans de mon âge, et en travaillant avec la diligence d'un essaim de fourmis, et nous mettant quelquefois quatre pour porter une seule pierre, nous les chariâmes toutes, et construisîmes un petit quai.
Page 14
Mon frère étoit retourné d'Angleterre, en 1717, avec une presse et des caractères, afin d'établir une imprimerie.
Page 18
Quand mon frère et ses ouvriers quittoient l'imprimerie pour aller dîner, j'y demeurois; et après avoir fait mon frugal repas, qui n'étoit souvent composé que d'un biscuit, ou d'un morceau de pain, avec une grappe de raisin, ou, enfin, d'un gâteau pris chez le pâtissier et d'un verre d'eau, j'employois à étudier le temps qui me restoit jusqu'à leur retour.
Page 20
Elle y fut trouvée le lendemain matin.
Page 25
Je m'en apperçus aux questions qu'on me fesoit, et je sentis que je courois risque d'être à tout moment arrêté comme tel.
Page 35
--«Comme il vous plaira, dis-je».
Page 41
Denham_, et MM.
Page 55
Nous parlâmes quelque temps du mauvais procédé que je venois d'essuyer.
Page 64
Chacun d'eux m'offrit de m'avancer tout l'argent qu'il me faudroit pour me charger seul de l'imprimerie, si cela étoit praticable; attendu qu'ils ne voyoient pas avec plaisir que je restasse en société avec Meredith, qu'on rencontroit, disoient-ils, souvent ivre dans les rues, et jouant dans les cabarets à bière, ce qui nuisoit beaucoup à notre crédit.
Page 65
Il est hors d'état de payer, et je ne veux pas le mettre davantage dans l'embarras.
Page 79
Il étoit des hommes qui regardoient comme trop humiliant pour eux, qu'un Américain, un habitant d'une ville encore peu célèbre, un homme dont le nom étoit à peine connu, fût en état de faire des découvertes, et de présenter des théories qui avoient échappé aux recherches des philosophes les plus éclairés de l'Europe.
Page 84
Or, en comptant que chacun des enfans, qui y ont été admis, y a demeuré trois ans, ainsi qu'il est d'usage, on trouvera qu'on y a donné la principale partie de leur éducation à plus de douze cents enfans, qui, sans cela, seroient restés, pour la plupart, privés de toute espèce d'instruction.
Page 108
Sa famille se flatta qu'il guériroit: mais un abcès qui s'étoit formé dans le poumon, creva tout-à-coup, et rendit une grande quantité de matière que le malade continua à cracher tant qu'il eut quelque force.
Page 123
Il me sera même impossible de griffonner une pétition, pour demander des secours; car j'ai été obligée d'emprunter une main étrangère pour transcrire la requête que j'ai l'honneur de vous présenter.
Page 125
J'avertis donc ces gens pointilleux, chagrins, mécontens, que s'ils veulent être respectés, aimés et vivre heureux, ils doivent cesser de regarder la _jambe crochue_.
Page 127
Lib.
Page 135
Ce cas est donc celui où la personne qui veut se procurer des songes agréables, n'a pas eu soin de conserver la chose la plus nécessaire, UNE BONNE CONSCIENCE.
Page 142
2º.