Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 47

d'une pinte de bière. Cependant, ce raisonnement ne l'empêcha
pas de boire sa quantité de bière accoutumée, et de payer chaque samedi
au soir, quatre ou cinq schellings d'écot pour cette maudite boisson;
dépense, dont j'étois entièrement exempt. C'est ainsi que ces pauvres
diables restent volontairement toute leur vie dans la pénurie et dans le
malheur.

Au bout de quelques semaines, Watts ayant besoin de m'employer à la
composition, je quittai la presse. Les compositeurs me demandèrent la
bienvenue. Mais je considérai cela comme une injustice, attendu que je
l'avois déjà payée en bas. Le maître fut de mon avis, et m'engagea à ne
rien donner. Je restai donc deux ou trois semaines, sans fraterniser
avec personne. On me regardoit comme un excommunié; et quand je
m'absentois, il n'y avoit point de tour qu'on ne me jouât. Je trouvois à
mon retour, mes caractères mêlés, mes pages transposées, mes matières
rompues, etc.; et tout cela étoit attribué au lutin qui fréquentoit la
chapelle[22], et tourmentoit, me disoit-on, ceux qui n'étoient pas
régulièrement admis. Enfin, malgré la protection du maître, je fus
obligé de payer de nouveau, convaincu qu'il y avoit de la folie à ne pas
être en bonne intelligence avec ceux, au milieu desquels j'étois destiné
à vivre.

[22] La chapelle est le nom que les ouvriers donnent à l'imprimerie.
Les imprimeurs anglais appellent le lutin _Ralph_, nom que portoit
cet ami dont Franklin a parlé plus haut.

Après cela je fus parfaitement d'accord avec mes compagnons de travail,
et j'acquis bientôt, parmi eux, une grande influence. Je leur proposai
quelques changemens dans les loix de la chapelle, et ils les acceptèrent
sans difficulté. Mon exemple détermina plusieurs de mes camarades à
quitter la détestable habitude de déjeûner avec du pain, du fromage et
de la bière. Ils firent, ainsi que moi, venir d'une maison voisine, un
bon plat de gruau chaud, dans lequel il y avoit un petit morceau de
beurre, avec du pain grillé et de la muscade. C'étoit un bien meilleur
déjeûner, qui coûtoit tout au plus la valeur d'une pinte de bière,
c'est-à-dire, trois demi-sols; et qui, en même-temps, fesoit qu'on avoit
des idées bien plus claires.

Ceux qui continuoient à se gorger de bière, perdoient souvent leur
crédit chez le cabaretier, faute de payer leur compte. Ils s'adressoient
alors à moi, pour que je leur servisse de caution; leur _lumière_,
disoient-ils, _étoit éteinte_. Je me tenois chaque samedi au soir,
auprès de la table, où l'on payoit l'ouvrage de la semaine, et je
prenois les petites sommes dont j'avois répondu. Elles s'élevoient
quelquefois à

Last Page Next Page

Text Comparison with Benjamin Franklin and the First Balloons

Page 0
The recent bi-centenary of Franklin's birth, which coincided with the revival of interest in balloons, makes this a timely topic, especially since Franklin's descriptions of the first balloon ascensions are almost unknown and do not appear among his philosophical papers.
Page 1
and the Weight of the Air contain'd.
Page 2
No News was heard of it till the next Day, when Information was receiv'd, that it fell a little after 6 aClock, at Gonesse, a Place about 4 Leagues Distance, and that it was rent open, and some say had Ice in it.
Page 3
The great one of M.
Page 4
Sir, The Publick were promised a printed particular Account of the Rise & Progress of the Balloon Invention, to be published about the End of last month.
Page 5
But as more perfect Accounts of the Construction and Management of that Machine have been and will be published before your Transactions, and from which Extracts may be made that will be more particular and therefore more satisfactory, I think it best not to print those Letters.
Page 6
The Persons who were plac'd in the Gallery made of Wicker, and attached to the Outside near the Bottom, had each of them a Port thro' which they could pass Sheaves of Straw into the Grate to keep up the Flame, & thereby keep the Balloon full.
Page 7
I know not what it is.
Page 8
A few Months since the Idea of Witches riding thro' the Air upon a Broomstick, and that of Philosophers upon a Bag of Smoke, would have appeared equally impossible and ridiculous.
Page 9
The Morning was foggy, but about one aClock, the Air became tolerably clear, to the great Satisfaction of the Spectators, who were infinite, Notice having been given of the intended Experiment several Days before in the Papers, so that all Paris was out, either about the Tuilleries, on the Quays & Bridges, in the Fields, the Streets, at the Windows, or on the Tops of Houses, besides the Inhabitants of all the Towns & Villages of the Environs.
Page 10
What became of them is not yet known here.
Page 11
Charles voulant profiter du peu de Jour qui lui restoit, pour.
Page 12
Le Taffetas etoit roussi aux deux Extremites.
Page 13
28th and first printed in the _Journal de Paris_ but was republished by Faujas de Saint-Fond in his second volume.
Page 14
16, there are several missing accents that might have been in the original French document, in "desorientes", "operation", "deja", "depart", "detache" and "extremites".