Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 77

plus aucun signe d'électricité.

Il prouva ensuite, par expérience, que l'électricité ne résidoit pas
dans la garniture de la bouteille, mais dans les pores du verre même.
Après qu'une bouteille fut électrisée, il en changea la garniture, et
trouva, qu'en y en appliquant une nouvelle, il en partoit encore un choc
électrique.

En 1749, il songea à expliquer les phénomènes de la foudre et des
aurores boréales, d'après les principes de l'électricité. Il avança
qu'il y avoit plusieurs traits d'analogie entre les effets de
l'électricité et ceux de la foudre; et il présenta à l'appui de cette
assertion, un grand nombre de faits, et de raisonnemens tirés de ces
faits. La même année, il conçut l'audacieuse et admirable idée de
démontrer la vérité de son systême, en attirant la foudre, par le moyen
d'une barre de fer terminée en pointe, et élevée dans la région des
nuages. Même dans cette expérience incertaine, le désir d'être utile au
genre-humain se montre d'une manière frappante.

Admettant l'identité de la foudre et de la matière électrique, et
connoissant la double propriété qu'ont les pointes d'écarter les corps
chargés d'électricité, et d'attirer ce fluide doucement et
imperceptiblement, il suggéra l'idée de préserver les maisons et les
vaisseaux du danger de la foudre, en y plaçant des barres de fer
pointues, qui en surmonteroient de quelques pieds la partie la plus
élevée, et descendroient aussi de quelques pieds, soit dans la terre,
soit dans l'eau. Il conclut que l'effet de ces barres seroit d'écarter
le nuage à une distance où l'éclat de la foudre ne pourroit pas se faire
sentir; d'en détacher la matière électrique, ou du moins, de la conduire
jusque dans la terre, sans qu'elle pût être dangereuse pour le bâtiment.

Ce ne fut que dans l'été de 1752, qu'il put démontrer efficacement sa
grande découverte. La méthode qu'il avoit d'abord proposée, étoit de
placer sur une haute tour ou sur quelqu'autre édifice élevé une guérite,
au-dessus de laquelle seroit une pointe de fer isolée, c'est-à-dire,
plantée dans un gâteau de résine. Il pensoit que les nuages électriques,
qui passeroient au-dessus de cette pointe, lui communiqueroient une
partie de leur électricité, ce qui deviendroit sensible par les
étincelles, qui en partiroient toutes les fois qu'on en approcheroit une
clef, la jointure du doigt ou quelqu'autre conducteur.

Philadelphie n'offroit alors aucun moyen de faire une pareille
expérience. Tandis que Franklin attendoit impatiemment qu'on y élevât
une pyramide, il lui vint dans l'idée qu'il pourroit avoir un accès bien
plus prompt dans la région des nuages, par le moyen d'un cerf-volant
ordinaire, que par une pyramide. Il en fit un en étendant sur deux
bâtons croisés

Last Page Next Page

Text Comparison with Franklin's Autobiography (Eclectic English Classics)

Page 4
the temper of America toward Great Britain before the year 1763?[3] _A.
Page 5
.
Page 16
Without entering into the discussion, he took occasion to talk to me about the manner of my writing.
Page 26
In this manner we lay all night, with very little rest; but the wind abating the next day, we made a shift to reach Amboy before night, having been thirty hours on the water, without victuals, or any drink but a bottle of filthy rum, the water we sailed on being salt.
Page 30
At this time he did not profess any particular religion, but something of all on occasion, was very ignorant of the world, and had, as I afterward found, a good deal of the knave in his composition.
Page 39
My chief acquaintances at this time were Charles Osborne, Joseph Watson, and James Ralph, all lovers of reading.
Page 67
I dressed plainly; I was seen at no places of idle diversion; I never went out a-fishing or shooting; a book, indeed, sometimes debauched me from my work, but that was seldom, snug,[103] and gave no scandal; and, to show that I was not above my business, I sometimes brought home the paper I purchased at the stores through the streets on a wheelbarrow.
Page 77
3.
Page 88
[115] ["I AM NOW ABOUT TO WRITE AT HOME, AUGUST, 1788, BUT CANNOT HAVE THE HELP EXPECTED FROM MY PAPERS, MANY OF THEM BEING LOST IN THE WAR.
Page 103
Unguarded expressions and even erroneous opinions, delivered in preaching, might have been afterward explained or qualified by supposing others that might have accompanied them, or they might have been denied; but _litera scripta manet_.
Page 104
I succeeded better the next year, 1744, in proposing and establishing a philosophical society.
Page 105
When the company separated and the papers were collected, we found above twelve hundred hands; and, other copies being dispersed in the country, the subscribers amounted at length to upward of ten thousand.
Page 113
The care and trouble of agreeing with the workmen, purchasing materials, and superintending the work, fell upon me; and I went through it the more cheerfully as it did not then interfere with my private business, having the year before taken a very able, industrious, and honest partner, Mr.
Page 123
Norris) and myself to join Mr.
Page 133
Clair, the hussar,[168] with a body of soldiers, will immediately enter the province for the purpose, which I shall be sorry to hear, because I am very sincerely and truly your friend and wellwisher, B.
Page 135
In conversation with him one day he was giving me some account of his intended progress.
Page 148
[185] It was, however, some time before those papers were much taken notice of in England.
Page 156
near three months longer, whereby their bottoms were so much damaged by the worm[196] that a great part of them foundered in their passage home.
Page 160
The conversation at first consisted of mutual declarations of disposition to reasonable accommodations, but I suppose each party had its own ideas of what should be meant by "reasonable.
Page 163
FROM MR.