Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 79

répéta, avec succès, les expériences
de Franklin. Il engagea en même-temps son ami Dalibard à donner à ses
compatriotes une traduction plus correcte de l'ouvrage du physicien de
Philadelphie; ce qui contribua beaucoup à répandre en France la
connoissance des principes de Franklin. Louis XV entendant parler de
l'électricité, témoigna le désir d'en voir des expériences; et pour le
satisfaire, le physicien Delor en fit un cours dans la maison du duc
d'Ayen, à Saint-Germain.

Les applaudissement qu'on prodigua alors aux découvertes de Franklin,
excitèrent en Buffon, Dalibard et Delor, un vif désir de constater la
vérité de son systême, sur les moyens d'écarter la foudre. Buffon plaça
une barre de fer pointue et isolée, sur la tour de Montbar; Dalibard en
mit une à Marly-la-Ville, et Delor une sur sa maison de l'Estrapade,
l'un des quartiers les plus élevés de Paris. La première de ces
machines, qui parut électrisée, fut celle de Dalibard. Le 10 mai 1752,
un nuage électrique passa au-dessus d'elle. Dalibard étoit absent: mais
Coiffier, menuisier, auquel il avoit laissé des instructions, et Raulet,
prieur de Marly-la-Ville, tirèrent beaucoup d'étincelles de la barre
électrisée[30]. On rendit compte de cette expérience à l'Académie des
Sciences, dans un mémoire composé par Dalibard, et daté du 13 mai 1752.

[30] Elle avoit quarante pieds de longueur.

Le 18 du même mois, la barre que Delor avoit élevée sur sa maison,
produisit les mêmes effets que celle de Dalibard. Ce succès excita
bientôt les autres physiciens de l'Europe, à répéter l'expérience. Mais
nul d'entr'eux ne se signala plus qu'un moine de Turin, le père
Beccaria, aux observations duquel les sciences doivent beaucoup.

Jusque dans les froides contrées de la Russie, on sentit l'ardeur de
participer à ces brillantes découvertes. Le professeur Richman donnoit
droit d'espérer qu'il ajouteroit aux connoissances déjà acquises,
lorsqu'un coup, parti de la barre qui servoit à ses expériences, mit un
terme à sa vie. Les amis des sciences regretteront long-temps cette
victime de l'électricité.

D'après toutes ces expériences, la théorie de Franklin fut établie de la
manière la plus solide. Cependant, quand on ne put plus douter de la
vérité de cette théorie, l'envie essaya d'en rabaisser le mérite. Il
étoit des hommes qui regardoient comme trop humiliant pour eux, qu'un
Américain, un habitant d'une ville encore peu célèbre, un homme dont le
nom étoit à peine connu, fût en état de faire des découvertes, et de
présenter des théories qui avoient échappé aux recherches des
philosophes les plus éclairés de l'Europe. On prétendit que cet homme
devoit à quelqu'autre l'idée de son systême, et qu'il étoit impossible
qu'il eût fait lui-même les découvertes qu'il

Last Page Next Page

Text Comparison with The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

Page 8
413 Answer to some queries concerning the choice of glass for the Leyden experiment.
Page 26
At present, however, in 1771, there are no less than twenty-five.
Page 32
In this manner I went through Market-street to Fourth-street, and passed the house of Mr.
Page 35
Keimer could not endure that, working with him, I should lodge at Bradford's.
Page 83
The anxiety with which he looked for the result of his experiment, may be easily conceived.
Page 84
We find it mentioned by Dr.
Page 117
If this plan is executed, and succeeds, as projected, for one hundred years, the sum will then be one hundred and thirty thousand pounds, of which I would have the managers of the donation to the town of Boston then lay out, at their discretion, one hundred thousand pounds in public works, which may be judged of most general utility to the inhabitants; such as fortifications, bridges, aqueducts, public buildings, baths, pavements, or whatever may make living in the town more convenient to its people, and render it more agreeable to strangers resorting thither for health, or a temporary residence.
Page 131
FRANKLIN.
Page 142
.
Page 147
they lose their fire; the particles of the other clouds close in receiving it: in both, they have thereby an opportunity of coalescing into drops.
Page 170
this instantaneously where the rod is part of the circle in the experiment of the shock.
Page 180
I wish you had the convenience of trying the experiments you seem to have such expectations from, upon various kinds of spirits, salts, earth, &c.
Page 192
And if more electric fluid be added to one of these bodies, it does not enter, but spreads on the surface, forming an atmosphere; and then such body shews signs of electricity.
Page 252
(_See pages_ 283, 310.
Page 265
When I was last year in Germany, I met with a singular kind of glass, being a tube about eight inches long, half an inch in diameter, with a hollow ball of near an inch diameter at one end, and one of an inch and half at the other, hermetically sealed, and half filled with water.
Page 278
AT CORKE[91].
Page 303
papers relating to, iii.
Page 314
kiss, its force increased, 177.
Page 325
difficulties in the doctrines of, i.
Page 332
71, 154.