Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 80

s'attribuoit. On dit que
dès l'année 1748, l'abbé Nollet avoit indiqué dans ses _Leçons de
Physique_, l'analogie entre l'électricité et la matière de la foudre.

Il est certain que l'abbé Nollet en fait mention: mais il n'en parle que
comme d'une simple conjecture, et il ne propose aucune manière d'en
démontrer la vérité. Il reconnoît ensuite lui-même que Franklin a, le
premier, eu la courageuse idée de faire descendre la foudre, par le
moyen des barres métalliques, pointues et isolées. L'analogie entre les
effets de la foudre et l'étincelle électrique est si frappante, qu'il
n'est point surprenant qu'on l'ait remarquée, aussitôt que les
phénomènes de l'électricité ont été généralement observés. Le docteur
Wall et M. Grey en ont eu l'idée, lorsque la science étoit encore dans
son enfance. Mais l'honneur d'une théorie régulière des causes de la
foudre, la méthode de démontrer la vérité de cette théorie, et le
courage de la mettre en pratique et de l'établir sur les solides bases
de l'expérience, sont incontestablement dus à Franklin. Dalibard qui, le
premier, fit des expériences en France, avoue qu'il n'a fait que suivre
les procédés que Franklin avoit indiqués.

On a avancé dernièrement que la gloire de completter l'expérience du
cerf-volant électrique, n'appartenoit point à Franklin. Quelques
paragraphes des papiers anglais l'attribuent à un français, qu'ils ne
nomment pas, mais qui est, vraisemblablement ce M. Deromas, assesseur du
présidial de Nerac, auquel l'abbé Bertholon prétend qu'elle est due.

Il est aisé de se convaincre de l'injustice de cette assertion.
L'expérience de Franklin fut faite au mois de juin 1752, et la lettre,
dans laquelle il en rend compte, est datée du 19 octobre de la même
année.--Deromas fit la première tentative le 14 mai 1753: mais il ne
réussit que le 7 juin suivant; c'est-à-dire, un an après que Franklin
eut fait son expérience, et lorsqu'elle étoit déjà connue de tous les
physiciens de l'Europe.

Indépendamment des grandes découvertes, dont nous venons de rendre
compte, on trouve dans les lettres que Franklin a écrites sur
l'électricité, beaucoup de faits et d'apperçus, qui ont singulièrement
contribué à faire de cette partie des connoissances humaines une science
particulière. M. Kinnersley, ami de Franklin, lui apprit qu'il avoit
découvert différentes espèces d'électricité, produites par le frottement
du verre et du soufre. Nous avons déjà observé que la même découverte
avoit été faite par M. Dufay, mais qu'ensuite on l'avoit négligée
pendant plusieurs années. Les physiciens pensoient que ce phénomène ne
provenoit que d'une différence dans la quantité d'électricité
recueillie, et Dufay lui-même parut, à la fin, avoir adopté cette
opinion.

Franklin eut d'abord la même idée: mais dans le cours de ses
expériences, il reconnut

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 6
Celui qui est accusé devant lui n'obtient point un grand jury, pour juger s'il y a lieu à accusation avant qu'elle soit rendue publique.
Page 9
Il prétend que les personnes grasses, qui ont les os menus, flottent très-aisément sur l'eau.
Page 17
Par ce moyen, on seroit sûr que dans un roulis extraordinaire, ceux qui seroient à table ne courroient pas risque de voir la soupe tomber sur leur poitrine et les brûler.
Page 24
»Leur condition est-elle donc devenue pire, parce qu'ils sont tombés entre nos mains? Non.
Page 36
Notre vie active leur paroît basse et servile auprès de la leur; et ils regardent les sciences, dont nous nous enorgueillissons, comme frivoles et inutiles.
Page 37
Ils différèrent donc de répondre aux Virginiens; et le lendemain après que l'orateur eût témoigné combien ils étoient sensibles à l'offre qu'on leur avoit faite, il ajouta:--«Nous savons que vous estimez beaucoup l'espèce de science qu'on enseigne dans ces colléges, et que tandis que nos jeunes gens seroient chez vous, leur entretien vous coûteroit beaucoup.
Page 42
DUBOURG.
Page 47
» D'après tout cela, il paroît que les Israélites étoient jaloux de leur nouvelle liberté, et que cette jalousie n'étoit pas, par elle-même, un défaut: mais que quand ils se laissèrent séduire par un homme artificieux, qui prétendoit n'avoir en vue que le bien public, et ne songer en aucune manière à ses intérêts particuliers, et qu'ils s'opposèrent à l'établissement de la nouvelle constitution, ils s'attirèrent beaucoup d'embarras et de malheurs.
Page 57
--Beaucoup de personnes, qui prétendent être très-habiles dans divers genres de manufactures précieuses, s'imaginant que l'Amérique devoit avoir besoin d'elles, et que le congrès seroit probablement disposé à imiter les princes dont je viens de faire mention, lui ont proposé de se rendre dans les États-Unis, à condition qu'il paieroit leur passage et qu'il leur donneroit des terres, des appointemens, et des privilèges pour un certain nombre d'années.
Page 81
John Hanbury et un assez grand nombre d'autres anglais, présentèrent une pétition au roi, pour lui demander cinq cent mille acres de terre sur les montagnes d'Allegany, et sur les bords de l'Ohio; et les lords commissaires du commerce et des colonies, firent, à ce sujet, un rapport favorable au conseil-privé de sa majesté.
Page 87
Il y a long-temps que nous nous plaignons à vous de cette injustice, qui n'a point encore été redressée.
Page 93
Ainsi, des cultivateurs industrieux, qui pourront livrer du chanvre, du lin, de la soie, auront bien plus de facilité à payer ce qu'on leur portera par la voie d'un commerce loyal, sur-tout quand on se rappelera qu'il ne leur sera permis d'avoir de débouché pour les productions de leurs terres, que dans le royaume.
Page 94
Si le comté d'York, en Angleterre, n'étoit ni cultivé, ni habité, et que les habitans, qui sont encore plus au sud de l'île, manquassent de terres, se laisseroient-ils conduire dans le nord de l'Écosse? Ne voudroient-ils pas plutôt, en dépit de toutes les oppositions, s'établir dans le fertile comté d'York? Voilà ce que nous nous sommes crus dans l'obligation de remarquer à l'égard des principes généraux que contient le rapport de 1768.
Page 102
» À tous ces faits, nous ajouterons qu'au congrès tenu avec les six Nations, dans le fort Stanwix, en 1768, lorsque sa majesté acheta le territoire de l'Ohio, MM.
Page 106
Lord Halifax, qui étoit alors à la tête du bureau du commerce, approuvoit beaucoup ce projet.
Page 110
Que les pouvoirs dont on a proposé de revêtir le conseil représentatif du peuple, dans le plan d'union d'Albany, ne sont pas aussi considérables, même pour ce qui a rapport au militaire, que ceux que les chartes donnent aux colonies de Rhode-Island et de Connecticut, et dont ces.
Page 120
Je me bornerai à observer qu'il tient sur-tout à ce que le prix du travail des arts et même de l'agriculture, est singulièrement diminué par le perfectionnement des machines qu'on y emploie, par l'intelligence et l'activité des ouvriers, et par la distribution bien entendue du travail.
Page 128
Pendant que le poids est ôté de ce pied et jeté sur l'autre, les vaisseaux ont le temps de se remplir, et par le retour du poids, ce refoulement est répété.
Page 136
d'être bon catholique, Et comme tel, je suis un peu surpris De voir un Juif, un Turc, en paradis.
Page 140
|------|------|------|------|------|------|------| Économie.