Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 84

et les établir, soit dans le commerce ou dans les emplois, soit
par des mariages ou de toute autre manière qui pourra leur être
avantageuse; et cela préférablement à toute autre personne, même d'un
mérite égal.»

Ces statuts étant signés et rendus publics, avec les noms des personnes
qui se proposoient pour fondateurs et curateurs, le dessein en fut si
bien approuvé par les généreux citoyens de Philadelphie, qu'au bout de
peu de semaines, il y eut une souscription de huit cents livres
sterlings par an, pour l'espace de cinq années. Au commencement du mois
de janvier suivant[32], on ouvrit les écoles de latin, de grec,
d'anglais et de mathématiques.

[32] En 1750.

D'après un article du premier plan, on établit encore une école pour
élever gratis soixante garçons et trente filles. Cette école a été,
depuis, appelée l'_École de Charité_; et malgré l'obstacle que les
curateurs ont eu quelquefois à vaincre pour se procurer assez de fonds,
cette école subsiste depuis quarante ans. Or, en comptant que chacun des
enfans, qui y ont été admis, y a demeuré trois ans, ainsi qu'il est
d'usage, on trouvera qu'on y a donné la principale partie de leur
éducation à plus de douze cents enfans, qui, sans cela, seroient restés,
pour la plupart, privés de toute espèce d'instruction. En outre,
plusieurs de ceux qui ont été élevés dans cette école, sont maintenant
comptés parmi les citoyens les plus utiles et les plus estimés de
l'état.

L'institution, si heureusement commencée, continua à prospérer à la
grande satisfaction de Franklin. Malgré ses études, et les occupations
multipliées, qu'il avoit alors, il fut extrêmement assidu aux visites et
aux examens qui se fesoient chaque mois dans les écoles. Il eut
également soin de profiter des correspondances qu'il entretenoit dans
plusieurs pays, pour étendre la réputation du collége de Philadelphie,
et y attirer des élèves des différentes parties du continent de
l'Amérique et des Antilles.

Par l'entremise du docteur Collinson, ce généreux et savant ami de
Franklin, les curateurs du collége virent se réunir à eux[33], les deux
héritiers du fondateur de la Pensylvanie, Thomas Penn et Richard Penn,
qui, en même-temps, firent au collége un présent de cinq cents livres
sterlings. Franklin commença dès-lors à se flatter de voir bientôt
accomplir son principal dessein. Il espéra que Philadelphie alloit avoir
une institution semblable aux colléges et aux universités d'Europe;
institution à laquelle, suivant lui, son premier collége devoit
seulement servir de base.

[33] L'acte d'incorporation est du 13 juillet 1753.

L'éclaircissement de ce fait est très-important pour la mémoire de
Franklin, comme philosophe et comme ami et bienfaiteur des sciences. Il
dit expressément, dans le

Last Page Next Page

Text Comparison with Franklin's Way to Wealth; or, "Poor Richard Improved"

Page 0
" Published by W.
Page 1
Virtue and Innocence, a Poem 1 0 The Economy of Human Life 1 0 Old Friends in a New Dress, or Selections from Esop's Fables, in Verse, 2 parts, plates 2 0 Little Jack Horner, in Verse, plain 1s.
Page 2
Judge, then, how much I must have been gratified by an incident I am going to relate to you.
Page 3
] 'So what signifies wishing and hoping for better times? We may make these times better, if we bestir ourselves.
Page 4
It is true, there is much to be done, and, perhaps, you are weak-handed: but stick to it steadily, and you will see great effects; for "Constant dropping wears away stones; and by diligence and patience the mouse ate in two the cable; and little strokes fell great oaks.
Page 5
Octr.
Page 6
These are not the necessaries of life; they can scarcely be called the conveniences: and yet only because they look pretty, how many want to have them?--By these, and other extravagancies, the genteel are reduced to poverty, and forced to borrow of those whom they formerly despised, but who, through industry and frugality, have maintained their standing; in which case it appears plainly, that "A ploughman on his legs is higher than a gentleman on his knees," as Poor Richard says.
Page 7
consult, consult your purse.
Page 8
Remember, Job suffered, and was afterwards prosperous.
Page 9
However, I resolved to be the better for the echo of it; and, though I had at first determined to buy stuff for a new coat, I went away, resolved to wear my old one a little longer.